Comment choisir un bon webanalyste ?

Posté dans Web analytics par Converteo

Vu sur le blog Get Elastic, quelques éléments de réponse à cette question de la part du légendaire Avinash Kaushik, auteur de Webanalytics : an hour a day et évangéliste Google Analytics.La vidéo dure 5 minutes environ.

Ses réponses :1. La connaissance préalable de l’outil importe finalement peu. En quelques semaines, une personne suffisamment rompue aux techniques de mesures d’audience sur Internet pourra rapidement s’approprier n’importe quel outil.Mon avis : Ce que vous ne pourrez pas lui apprendre en revanche c’est la façon de réfléchir et les facultés d’analyse.Ce point me semble particulièrement pertinent. Avoir l’expérience d’un outil est essentiel mais passer de l’un à l’autre sera facile pour un bon webanalyste. Inutile donc de préciser « parfaite maîtrise d’Omniture»  dans vos annonces recrutement.2. Un bon webanalyste doit être passionné par le web et comprendre ce que ce canal a de si particulier, le pouvoir qu’il a d’atteindre les gens. Il doit être capable de penser comme les utilisateurs du site. Un compte twitter, flickr ou autre serait selon lui un bon indice.Je serais d’accord pour le côté passionné, moins sur le compte Flickr… En revanche, s’il ne lit pas blog-conversion… c’est mauvais signe ;) 3. Il faut savoir s’entourer de personnes qui ont une expérience variée et originale, elles sauront apporter un regard différent et enrichissant. Quelqu’un venant des canaux traditionnels (offline) ou un analyste d’un autre domaine, tel que la finance, pourra faire des merveilles, ou encore, et je cite Avinash, quelqu’un qui a dû reconstruire sa vie après quelques années de prison.Ce dernier exemple est un peu extrême bien sûr, et tiré de son expérience personnelle (pour que Michael Scofield devienne consultant Google Analytics tapez 1 ! ), mais l’idée à en retenir est que les parcours atypiques sont intéressants, qu’ils proposent un regard neuf et parfois plus pertinent. 4. Avinash profite également de cette courte interview pour faire s’étrangler les RH du monde entier (partisants du politiquement correct ou mysogines incurables) en affirmant que les femmes font de meilleurs analystes que les hommes (ahah ! ). Et les jeunes aussi (re-ahah ! ).Pas d’arguments à l’appui malheureusement… Mon patron (T pour ne pas le nommer ;) ) dans son grand souci de l’équité et de la preuve par les faits me demande donc de tempérer ce point. Voilà qui est fait :) En conclusion, on retiendra que l’outil ne fait pas le webanalyste. Quelqu’un de curieux, faisant preuve de fraicheur d’esprit, un peu détective, passionné par le web, sensible à l’expérience utilisateur et avec un bon esprit d’analyse conviendra parfaitement.Pour continuer sur ce thème je vous conseille de lire ce post d’Avinash sur Occam’s Razor (un blog à lire absolument) sur l’emploi du temps idéal d’un webanalyste. Enfin si vous pensez correspondre à la description faite ci-dessus, n’oubliez pas que Converteo recrute.




Consultez nos articles traitant de sujets proches :


9 Commentaires pour 'Comment choisir un bon webanalyste ?'

  1. Jacques Warren

    Ah ! Mon ami Avibash a bien raison. En avons-nous assez de toutes ces discussions à propos des applications !

    Il faut comprendre qu’il arrive rapidement un point où on doit parler moins d’outils et plus de construction; et c’est là encore un problème très criant en web analytics. Trop peu d’organisations essaient réellement d’appliquer ce que leurs outils d’analyse leur apprennent…

     
  2. Avinash Kaushik

    Hi, Thiphaine. Thanks for sharing your feedback on the video.

    It is always dangerous to read a post via Google Translate and try to understand the nuance of what the author wrote. : ) But I wanted to share that I am not biased one way or the other for or against women / men. There are always exceptions. Nonetheless I am struck, from my own experience, that often women tend to make better analysts. Perhaps it is their ability to think in unique ways, or it is their ability to learn new things, or ability to build (or connect) relationship. I am not sure. But one of these days researchers will figure it out!

    Thanks again,

    Avinash.

     
  3. Antoine Lendrevie

    Tu vois Thiphaine, il lit même Blog-Conversion. Cet homme est parfait !

     
  4. Thiphaine Le Roy

    Dear Avinash (I’m not sure you’ll read this but anyway),

    I’m so thrilled you left a comment on my article, seems you were damn right about the web’s ability to reach people !

    Here is the english version of the part about women, so you know what I wanted to say (btw I translated the whole article so if anyone wants it just ask :) ):

    « 4. Avinash adds a little HR shocker (politically correct freaks and incurable misogynists beware !) saying women often make better analysts than men (ahah ! – happy dance on my chair) and young people too (once again, happy dance on my chair -> yes I’m a young female consultant).

    No tangible argument unfortunately… my boss (Thomas, not to mention his name ;) ), out of fairness and love of scientifical proof asks me too moderate this point. That’s done :) » 

    I hope everybody got that we were not saying you were wrong, just that it’s a personal experience based opinion and that women and men both have their pros and cons.

    As for me, I sure am waiting for researchers to prove you right, in the mean time, I’ll just work and prove it here ;)

    Thanks again for your comment, don’t hesitate to leave some more !

    Yours analytically :)

    Thiphaine

     
  5. Avinash Kaushik

    See why it is dangerous to read through google translate? I missed both points. 1) That you were not really disagreeing and 2) that you were in the core target I was recommending – female, young, awesome. : )

    Thanks for the translation!!

    Rock on.

    -Avinash.

     
  6. Julien Coquet

    Merci Triphaine :-)

    Je ne peux évidemment qu’enfoncer le dernier point: l’outil n’est… qu’un outil en fin de compte! L’important, c’est ce qu’on fait avec les données!

    Cependant, je rajouterais trois autres qualités:

    Même si on se doit d’être analyste avant tout, on doit également pouvoir toucher à d’autres disciplines plus techniques, ce qui sous-entend connaître Javascript, un minimum de bases de données, etc. Bref, devenez un analyste/couteau suisse!

    Ensuite, on ne s’improvise pas web analyste mais cela découle du côté passioné(e) du web. L’expérience est un facteur majeur dans ce métier, ne serait-ce que pour identifier où commencer à creuser pour une analyse, en fonction des problématiques clients. Donc il n’y a pas de secret: l’analyse web, il faut en bouffer :-)

    Enfin, utilisez votre tête, mais rappelez-vous qu’il n’est pas *toujours* nécessaire de vous poser 40 questions; le blog d’Avinash illustre bien cela en parlant du rasoir d’Occam : l’explication la plus simple est généralement la meilleure.

    Conclusion: une tête bien faite, bien pleine et qui ne se la prend pas trop (la tête) :D

     
  7. Simon

    C’est rock’n roll les web analytics par ici :D Je reviendrai plus souvent, en plus on y apprend des choses fort intéressantes (merci de partager de vos connaissances)

     
  8. Jacques Warren

    Comme dit bien Joel Hadary de Semphonic: « Un imbécile avec un outil reste un imbécile» .

    Il y a quelques discussions dans la blogosphère ces temps-ci sur ce qui fait un bon analyste web. à€ mon avis cela vient du fait que maintenant, les web analytics reçoivent beaucoup d’attention et que plusieurs veulent en faire un métier.

    à€ part les rares formations et la douzaine de bouquins pertinents, je crois que nous sommes encore dans un domaine où la pratique constitue la majeure partie de la formation: analysez, analysez, analysez !! à€ force de jouer avec les données Web et d’essayer d’y trouver un sens **utile**, il en sortira bien quelque chose ;-)

     
  9. Michael Notté

    Sympa l’article. Je pense que les capacités et l’expérience en analyse prime sur l’expérience liée à l’un ou l’autre outil. Un bon web analyst doit faire preuve d’adaptation et d’apprentissage continu (le web est en constante évolution). Ca ne s’arrête jamais.

    La passion du web est une chose – certes – mais je pense qu’un minimum de connaissance technique est nécessaire. Je ne pense pas qu’un web analyst doit maîtrisé le JavaScript, le HTML, Flash… mais en tout cas comprendre les bases et les implications qui découlent de ces aspects.

    Pour moi, d’autres qualités FONDAMENTALES sont:
    1) Comprendre et s’intéresser au côté business – aller au delà du web comme plateforme technique. Comprendre comment le web contribue au côté business et comment le business fonctionne, ses objectifs, ses règles (online mais aussi offline).

    2) Etre excellent en communication. Pouvoir communiquer non seulement avec une audience technique (développeurs, fournisseurs de services & solutions WA… mais surtout business (cà d non technique :-) ). Pouvoir expliquer des concepts, aspects et résultats souvent complexe ou pointus à une audience large – du web marketeer (qui maîtrise le web) au top management (senior management, CEO…) qui n’y « connait rien»  (j’exagère un peu mais vous comprendrez l’idée).

     
 

Trackbacks :

Aucun Trackback/Pingback

Laissez votre commentaire